Chemin : Accueil > Blog bio > Bien Être > 7 bonnes raisons pour (ne pas) faire du coaching

7 bonnes raisons pour (ne pas) faire du coaching

Voici quelques raisons de vous lancer ou non dans le changement

 

1 – Le craquage


Vous avez le sentiment de tout faire pour les autres, vous avez toujours été méga disponible, souriant(e), aidant(e). Et voilà qu'un jour (cochez la bonne case)

□ Zorro / Jeanne D'arc

□ Mère Theresa / Soeur Emmanuelle

□ Mec super cool / Fille méga sympa

…rendrait bien son tablier. Une bonne fois pour toutes.
Jusqu'à cette petite goutte d'eau, celle de trop, celle qui vous fait croire qu'une simple rupture de gouttière pourrait être en fait un tsunami planétaire.  
À l'intérieur pourtant, tous les voyants sont au rouge, mais vous êtes branché en mode « daltonien » : vous coloriez tout en vert - La couleur de l'espoir, de l'attente, du miracle, du changement qui changerait tout sans rien changer (vous me suivez ?)

 

Posture coaching chamanique

Et si vous arrêtiez d'envoyer tous ces messages d'altruisme et d'oubli de soi qui ne vous correspondent plus, qu'est ce que cela changerait pour vous ?
De quoi vous préservez-vous et qui vous empêche ?
Et si vous vous trompiez, qu'est- ce que cela modifierait en vous et pour vous ?

 

 

2 - L’anticipation négative


Vous avez remarqué comme nous sommes tous des romanciers en puissance, des scénaristes hors pair ? Imagination, confection des dialogues de tous les protagonistes, et la fin écrite avant même d'avoir tourné le premier tour de manivelle : s'en suivent frustrations, déceptions, tristesse, rancœur, colère, procrastination. Ah oui, j'oubliais : on a forcément écrit une comédie dramatique.  

 

Et là, vous avez toujours le bon copain qui opine d'un Hum, une amie de longue date qui ose la question frappée au coin du bon sens :

- Mais tu  lui en as parlé ? Tu lui as demandé ?

Question stupide par excellence, la réponse est validée depuis la nuit des temps et l'avantage non négligeable, c'est qu'elle s'applique à absolument tout le monde (notre mère, notre copain, notre patron, la guichetière de la Sécu) :

- Non ... mais ce n’est pas la peine, je sais bien que ... de toute façon ça ne sert à rien, je sais très bien ce qu'il (elle) va me dire ... je sais très bien ce qu'il (elle) va faire ...

 

La force centrifuge de notre moulin à produire les mêmes idées est le seul garant fiable d'une fidélité à toute épreuve. Mieux, doté de ce mouvement gravitationnel exempt de chutes potentielles, même si le paysage est le même, au moins il est sans surprise, et surtout pas une bonne. À ne s'en passer sous aucun prétexte.

 

Posture coaching  chamanique

Et si vous avanciez sans chute garantie ? Et si le pire n'était pas au rendez-vous ? Et si l'inconfort tant redouté n'était qu'un mauvais tour de passe-passe de votre subconscient ? Et si vous choisissiez un chemin lumineux, qu'est-ce qu'il se passerait pour vous ?

 

 

3 - L'essai du changement selon vos valeurs et vos souhaits.

 

- Travailler sur ses 12 valeurs puis en déduire ses besoins ? trop facile, voire inutile, comme travail ...  

Vous êtes persuadée(e) que l' amour, la générosité et autres valeurs méritent à peine de s'y arrêter tant elles sont évidentes pour vous. Évidentes et universelles. Universelles ? Dans le fond, c'est incontestable ... mais dans la forme , en êtes vous si sûr ? Nos valeurs ont été façonnées et s'expriment de façon unique au travers de l'éducation que nous avons reçue, de nos expériences, de nos filtres, de notre environnement relationnel, social, culturel. Aucun copié-collé à l'identique n'existe. Et tout naturellement, l'expression de nos besoins l'est tout autant. Et bizarrement, lorsqu'on (re)connaît enfin ses besoins, savoir ce que l'on veut vraiment devient un jeu d'enfant.

 

Posture coaching  chamanique

Et si vous osiez explorer le caractère unique de vos valeurs, reconnaître et exprimer vos besoins, il se passerait quoi pour vous ?

 

 

4 - La perte de la souffrance d'une estime de soi enfin réparée grâce aux bons choix pour vous

 

10 fois sur le métier vous avez remis votre ouvrage. Mais là, c'est fi - ni ! On ne vous y reprendra plus ! Vous êtes persuadé(e) qu'avec un brin de jugeote, un peu de recul et beaucoup de mémoire à ne pas réitérer les mêmes erreurs, vous pouvez bien y arriver tout(e) seul(e). C'est vrai. Jusqu'à la fois suivante puisque le cerveau est un muscle. Entraîné au même comportement, il produit ... les mêmes effets.  Et là, c'est le drame de plus : vous vous sentez nul(le), pas à la hauteur, une fois de plus abusé(e) par les autres, vous développez un sentiment de honte pour ce énième échec programmé, ce mur couru d'avance. Cela vous suit dans vos bagages depuis quand ? 5, 10, 20, 30 voire 40 ans pour les plus courageux et les plus opiniâtres ? Vous avez bien du courage et de la persévérance,  personne ne peut vous retirer ces qualités-là.

 

Posture coaching  chamanique

Et s' il n'y avait pas de bons ou de mauvais choix, quel monde - le vôtre -  émergerait ? De quelles couleurs se teinterait-il ? Et si vous choisissiez d'agir pour vous plutôt que de gamberger à plus soif, qu'est-ce que vous risqueriez ?

 

 

5 - Le plaisir de la responsabilité de ses décisions

 

Lorsque c'est de la faute des autres, le cerveau y trouve un nombre impressionnant d' avantages (plaisir) et cette déresponsabilisation est quasi -instinctive : il serait bien sot de vouloir s'en passer.

Mais pourquoi diable avons-nous tant de mal à reconnaître que l'autre, les autres, ne font ni notre malheur, ni notre bonheur ? C'est reptilien, s'installe dès le ventre maternel et l'identifier est déjà un premier pas de géant. Dans ce cocon où l'autre est moi, le nouveau-né a une telle toute-puissance : Il n'a que ses cris pour faire entendre ses besoins, quand ceux-ci ne sont pas comblés avant même qu'il n'ait à ouvrir la bouche. Il focalise la totalité de son énergie à croître, on ne voudrait pas qu'il ait en plus à quémander, non ?

Mais adulte, instinctivement, faisons-nous si différemment ? C'est vrai que cela ferait un paquet d'énergie économisé si nous n'avions qu'à attendre qu'on nous devine, qu'on perce le mystère de nos besoins, et puis dans la foulée si on nous devinait c'est qu' on nous aimerait bien, et si on nous  aime bien ... alors nous allons bien.

Sauf qu'à jouer chacun les nouveau-nés, tous autant que nous sommes, cela se paye en énergie gaspillée. Au bord du burn-out, de notre petite ou grande déprime, notre coquille de noix sur mer agitée, vents forts à modérés, a un mal de mer invivable.

 

Posture coaching  chamanique

Et si vous preniez la responsabilité de vos besoins, de les nourrir ou de les demander, que se passerait-il ? Un refus ? Que risqueriez-vous, la noyade à coup sûr ? Vous sentiriez-vous abandonné(e)? Ne risqueriez-vous pas, vous, d'avoir le sentiment d'abandonner les autres ? Et si ce risque vous faisait grandir en confiance en soi, en estime de soi, comment le vivriez-vous ?

 

 

6 - Tester l'abus d'une joie indécente en donnant du sens à votre vie

 

Le moulin à hamster, c'est chouette. Et ça amuse les enfants pour les mercredis pluvieux. Un temps. Plus ou moins long selon les résistances.

Et c'est là où le chamanisme est particulièrement néfaste : le temps n'a aucune espèce d'importance. Plus généralement, en chamanisme, rien n'a d'importance. La vie est un jeu d'exploration. Boussole à la main pour certains, à l'aveugle pour d'autres, à la machette parfois pour jungle émotionnelle inextricable, sur lit de rivière pour en faire jaillir les diamants cachés, tout est prétexte à voyager dans un monde inconnu : soi-même.

 

Posture coaching  chamanique

Et si vous quittiez votre propre importance, votre propre dramaturgie, allez savoir si vous ne commenceriez pas à vous détendre ?  Et ça, c'est juste inacceptable. Et si voir qui vous êtes vraiment vous amenait à ne plus vous condamner, vous juger, vous dévaloriser, mais au contraire vous permettait de vous amuser de vous-même, des cadeaux de la vie, et tout ça avec bienveillance, il se passerait quoi ? Et si donner du sens à votre vie se cachait dans le simple fait d'exister en étant, et non plus en faisant , qu'est- ce que vous risqueriez ?

 

 

7 - Enfin, tentez des chemins que vous pensiez impossibles, et ça ... je ne le souhaite à personne.

 

Vous connaissez tous cette maxime attribuée à Sénèque : Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles.

Les difficultés d'une situation, d'un projet ou d'un changement ne sont en rien des faits ou des projections objectifs. Tout passe par le filtre de nos interprétations et sont donc, par nature, subjectifs.

Vous les appréciez - ou non -  en fonction d'un nombre incalculable de freins, de croyances, (voire d'excuses à ne pas faire dans le cadre d'un projet). Le point commun entre toutes ces agitations cérébrales qui vous paniquent d'avance ? La peur, des peurs, vos peurs.

 

Posture coaching  chamanique

Et si vous n'aviez plus peur, qu'est-ce que cela changerait pour vous ? Et si vous remplaciez les freins par un accélérateur, il se passerait quoi ? En coaching chamanique, vous pourriez bien regarder tous ces tigres de papier tapis au fond de votre ventre sans effroi. Je pourrais même vous accompagner à les apprivoiser, puis à les dissoudre. J'ai idée que cela pourrait bien laisser de la place à de belles stratégies enthousiastes, des visions claires de ce que vous voulez vraiment dans votre vie, de sentiments positifs et constructifs teintés de liberté, d'audace, de confiance en soi, de dérision et d'autodérision. En résumé :  vous gagnerez en légèreté, et ça, franchement, merci de la tuile !    

 

 

 

 

 

Commentaires (0)

Soyez le premier à commenter cet article !

Soumettre un commentaire

Prénom/Nom :
Mail :  (votre mail sera ni affiché ni diffusé)
Message :
Important ! Votre message sera affiché après validation par notre équipe.

Produits à la une

Produits en promotion